lundi 10 avril 2006

Notre Histoire




Notre Histoire
Au Palais de Tokyo
Du 21 janvier au 7 mai 2006





C’est toujours agréable d’aller au Palais de Tokyo. On respire dans ce grand espace. On dirait un gigantesque terrain de jeux. On est plus à l’aise, on erre d’une œuvre à l’autre, on se laisse porter, attirer, happer par les œuvres, les installations.

Et quel bonheur cette expo Notre Histoire ! On peut dire que les deux commissaires Jérôme Sans et Nicolas Bourriaud ont voulu marqué le coup pour leur dernière expo au Palais de Tokyo. C’est la « scène artistique française émergente » qui est présentée. Les artistes ne sont pas tous au même degré de notoriété mais qu’importe, on ressent cette forte émulation, un débordement de créativité.

Un petit bémol tout de même. Le discours qui accompagne l’œuvre est souvent trop lourd, trop chargé . Il faudrait trouver un équilibre avec l’œuvre elle-même.
Je pense notamment à l’œuvre de Wand Du, Luxe populaire, c’est une installation dans laquelle des « montagnes de journaux froissés viennent submerger le spectateur, exacerbant ainsi le côté monstrueux de ce carnaval de l’info » (extrait du petit journal de l’expo).

Fort bien, fort bien, je ne dis pas que Wang Du va trop loin dans son engagement ou dans son discours , je ne suis pas au ras de pâquerettes non plus. Mais le côté sensationnel de l’installation n’est à mon sens pas assez mis en avant.
C’est une installation, elle parle d’espace. On ne parle pas assez de la matérialité de l’œuvre. Est-ce qu’elle n’est pas assumée ? Ce serait dommage, j’ai traversé la pièce en marchant sur ces tas de journaux, quelle drôle de sensation .
Cette sensation est support du discours mais elle n’est pas assez mise en avant dans les cartels. Il y a du coup un déséquilibre entre les cartels très « oui, alors son engagement le plus profond » et l’œuvre qui est du kiffe total !

C’est la même chose pour Habibi, le grand squelette d’Adel Abdessemed. C’est purement grandiose. Vous êtes au Palais de Tokyo et un squelette humain long de 17m est suspendu horizontalement. Alors là, on nous ressort un discours sur l’identité. Ce que je reproche aux cartels c’est de ne pas faire le lien entre la sensation éprouvée et le discours, ils minimisent du coup cette sensation.

Je râle, je râle, je n’aurai pas du les lire ces cartels, parce que le discours en question est souvent très lisible (du moins dans le cadre de l’expo Notre Histoire, ne généralisons pas sur tout l’art contemporain). On peut aussi dire que les cartels et la sensation de l’œuvre sont complémentaires.

Un deuxième petit bémol que je me permets parce que l’expo est géniale, alors il faut bien lui chercher un peu des poux. C’est ce truc qu’ont les « jeunes » artistes à se faire référence à eux-mêmes. Il y a sûrement d’autres moyens d’approfondir son travail que de faire référence à ses propres travaux précédents. Oui, en référence à son travail présenté en 2002 à la galerie machinchose à pétaouchnok, il poursuit ses recherches engagées sur le thème …blablabla.
Oui, mais qui a vu cette expo ? Ne devrait-il pas y avoir un seuil minimum de visiteurs à une expo pour qu’on puisse y faire référence ultérieurement ?
Enfin, moi je dis ça, ça m’agace mais je vais quand même me renseigner après, ça a le mérite d’éveiller ma curiosité. J’avais ainsi pu approfondir Lyrics de Saâdane Afif au Palais de Tokyo en allant faire un tour du côté de la galerie Michel Rein, et là, j’avais compris, enfin, un peu mieux…

Allez au Palais de Tokyo, courez-y.

J’ai aimé Virginie Barré et son fat bat, j’ai encore bavé devant les pastèques en bronzes d’Olivier Babin, j’ai sautillé sur la roue lost world de Saâdane Afif, j’ai rêvé, allongée sur l’installation chemtraum de Nicolas Moulin, j’ai respiré dans la smoking room de Leandro Erlich, j’ai voulu dessiner devant le mur de Petra Mrzyk et Jean-François Moriceau, j’ai ri devant le duane hansonien Mathieu Laurette…

Et vous ?

4 commentaires:

haz'art a dit…

bonjour
Je n'ai pas accroché à cette expo...Wang Du d'accord, laurette, d'accord encore, mais les autres c'est déception sur deception si ce sont les jeunes artistes d'aujourd'hui je m'inquiete un peu. Boris achour nous présente rien d'intéressant , ces sculptures sont lassantes, et ces amats de peintures m'ont donnée la nausée complète dans ce parc d'attraction parisien fashion. J'y suis retourné quelques fois à cette expos. Seule valerie mrejen sort du lot pour moi. Kolkoz je ne suis pas séduit ar cette esthetique numérique. Enfin, pour moi ce n'est pas la grosse expo même s'il faut la voir. Même en peinture il y a rien d'intéressant. Et je vous rejoint dans l'utilisation des cartels, parfois inutiles.
Enfin, voilà j'ai été plus impressionné en galerie ces derniers jours que dans notre histoire au palais de tokyo, même si les anciens commissaires ne sont pas des abrutis, je ne rejoint en aucun cas l'esthetique de post-production relaté par bourriaud...cette expo en est le reflet. Voilà, un point positif peut-être, certaines personnes s'ouvrent peut être à l'art, euh non je corrige avec cette expo c'est l'art qui s'ouvre à eux et non l'inverse, voilà pourquoi ça ne marche pas pour moi. Un lieu d'art contemporain n'est pas un parc d'attraction...

a bientôt

haz'art a dit…

bonjour
Je n'ai pas accroché à cette expo...Wang Du d'accord, laurette, d'accord encore, mais les autres c'est déception sur deception si ce sont les jeunes artistes d'aujourd'hui je m'inquiete un peu. Boris achour nous présente rien d'intéressant , ces sculptures sont lassantes, et ces amats de peintures m'ont donnée la nausée complète dans ce parc d'attraction parisien fashion. J'y suis retourné quelques fois à cette expos. Seule valerie mrejen sort du lot pour moi. Kolkoz je ne suis pas séduit ar cette esthetique numérique. Enfin, pour moi ce n'est pas la grosse expo même s'il faut la voir. Même en peinture il y a rien d'intéressant. Et je vous rejoint dans l'utilisation des cartels, parfois inutiles.
Enfin, voilà j'ai été plus impressionné en galerie ces derniers jours que dans notre histoire au palais de tokyo, même si les anciens commissaires ne sont pas des abrutis, je ne rejoint en aucun cas l'esthetique de post-production relaté par bourriaud...cette expo en est le reflet. Voilà, un point positif peut-être, certaines personnes s'ouvrent peut être à l'art, euh non je corrige avec cette expo c'est l'art qui s'ouvre à eux et non l'inverse, voilà pourquoi ça ne marche pas pour moi. Un lieu d'art contemporain n'est pas un parc d'attraction...

a bientôt

claire a dit…

oula, comme vous y allez...
et deux fois en plus! Mais c'est bien, il faut l'ouvrir!
Pour ma part, je ne serai pas aussi catégorique. C'est vrai que je n'ai pas été emballée par boris achour même à la galerie Vallois, mais y'a un truc qui fait qu'on n'y reste pas indifférent.
En matière d'art contemporain, je suis rarement très critique pcq pour moi, du moment que l'art alimente le débat, ça m'enrichit. Je me positionne moi, ensuite dans mon éventuelle pratique par rapport aux chemins entrepris par les artistes que j'ai rencontrés.
Donc, dans ce sens-là tout ou presque est bon à prendre, après j'en fais ce que je veux.
à bientôt

haz'art a dit…

je suis donc plus catégorique que vous...et même si j'ai une pratique j'essai de le rester tout en évitant d'être blasé même si c'est dur....
mais je suis content de l'expo à la galerie claudine papillon en ce moment je suis content aussi de celle d'yvon lambert pour son annniversaire, séduit par les peintures de jason martin à thaddeus ropac et c'sst fini, moins séduit chez kamel mennour, moins encore chez loevenbruck...enfin voila mais je préfère être par moment catégorique car pour moi on nous en propose trop et tout n'est pas de l'art...même si je suis tres duchamp ou autre cage et fluxus mais il y a des choses qui m'interroge trop et ces interrogations ne sont plus propres à l'art et à de potentiels enjeux plastiques mais plus à pourquoi il y a ceci en galerie...enfin voilà. Bien entendu l'art interroge mais certaines choses ne restent que des choses...

ps dsl pour les deux fois je ne comprend pas pourquoi mon commentaire s'est mis deux fois....