mardi 19 septembre 2006

Léviathan Thot



Léviathan Thot
Ernesto Neto
Du 15 septembre au 31 Décembre 2006
Au Panthéon




En bonne petite étudiante en art et en design que je suis,oui, oui, j’aime le travail d’Ernesto Neto, ces collants de lycra tendus par le poids d’épices ou de billes de polystyrène.
Neto forme des espaces suspendus au plafond qui se déploient comme une armée de stalactites mous. Terriblement organique et terriblement attractif.

Ces installations sont sensorielles. Les épices titillent notre odorat, la matière du lycra incite au toucher et la suspension au plafond agit comme un étouffeur de bruit, mais pas d’oppression ici, on n’est pas chez Beuys.
C’est sûr, il y a une recette Neto et elle est efficace même si elle peut sembler lassante.


Quand j’apprends qu’une installation monumentale occupe le Panthéon, je pense d’abord au volume du monument et frémit d’avance à l’idée d’une installation si grande. Et l’effet est au rendez-vous, Léviathan Thot s’inscrit dans tout l’espace du Panthéon. Il suit son plan en croix et se répand sur ces quatre nefs. La suspension en contraste avec la pesanteur des collants accentuent la hauteur du bâtiment, comme si elle devenait palpable.

Un vague souvenir du Léviathan, sorte de monstre marin. Je n’aurai pas besoin d’approfondir mes recherches car on comprend bien vite que la référence au livre de Job dans le titre de l’installation n’est un prétexte à l’inscription de l’œuvre dans le monument. Il semble que Neto soit plus intéressé par les possibilités formelles qu’offre le concept du Léviathan que par son idée en elle-même. Ses justifications métaphoriques paraissent secondaires et passablement tirées par les cheveux.

Ca y est, l’effet sensationnel est passé et la vidéo vue, il est temps de me saisir d’un guide ou autre agent du patrimoine pour lui assener ma batterie de questions.
En commençant doucement, bien sûr, « oui, c’est bien de la lavande dans les collants, il y a de la camomille aussi ». Le guide est amadoué mais pas assez pour vraiment me donner le fond de sa pensée quant à l’installation et son intégration au sein de l’architecture du Panthéon. Alors gêné, il me relègue à un collègue très très remonté contre l’œuvre de monsieur Neto. C’est un scandale, comment ose-t-on montrer ça? Ici? Non, ce Monsieur Neto, c’est un cynique, un cynique. Bien sûr, je gobe ses paroles quoiqu’un peu chamboulée. Là-dessus arrive une autre guide prête pour une visite. Messes basses « Tu vas parler de… ça? » « Non, rien à dire dessus ». Le livre d’or finit de m’achever : « L’architecture somptueuse du Panthéon est gâchée par ce truc. »

Et tous ces gens qui sont venus visiter le Panthéon…On ne voit pas grand chose du Panthéon, c’est un arrière-plan qui agit comme un contraste pour l’œuvre.

Neto en a pris un grade dans ma petite culture artistique mais il continue de me séduire. J’ai la bonne excuse d’être trop jeune je pense, pour m’engager dans un jugement sur la décision d’implanter cette installation ou non dans un monument historique tel que le Panthéon mais les questions qu’elle soulève ainsi que ses conditions (dans le cadre du festival d’automne, Neto est invité par le Ministère de la Culture) sont terriblement intéressantes au delà des lamentations habituelles « oui, et tout ça avec l’argent du contribuable ».

Libre à vous de me donner votre avis...

15 commentaires:

Hirsute a dit…

"MA gueule la charcuterie. Les images. Dans l'armoire j'ai rangé correctement toutes les affaires nécessaires.

Je sais que Kévin termine sa purée. Je suis un peu stressé. Je ne me sens pas si con. Pas si con de penser que la nation est centre de chaque corps de chaque citoyen, que mes rêves de guerre surpassent ceux qui consistent à me regarder posséder.

Le méchant. "

Nouvelle mouture d'Hirsute (après sabotage) ici: http://hirsute2.blogspot.com

moulek a dit…

je trouve au contraire que l'oeuvre d'art contemporaine agit comme un revelateur d'une architecture classique et comptement géométrisé. Je pense que l'oeuvre oppose sa sensualité à la symétrie du batiment et nous en fait que mieux ressentir ses majesteuses dimensions.

Anonyme a dit…

Malgrès mon statut d'étudiant en école de commerce je ne suis pas pour autant insensible au milieu artistique. Et ton blog me permet de me mettre à jour quant à l'activité artistique contemporaine qui reste malheureusement concentrée sur la capitale. De plus, même pour de simples amateurs comme moi ces articles nous permettent de mieux comprendre ce milieu si intrigantlorsqu'on ne le cotoie pas régulièrement.
Bravo pour ton site ma petite jedi ;-)
#7

Anonyme a dit…

Malgrès mon statut d'étudiant en école de commerce je ne suis pas pour autant insensible au milieu artistique. Et ton blog me permet de me mettre à jour quant à l'activité artistique contemporaine qui reste malheureusement concentrée sur la capitale. De plus, même pour de simples amateurs comme moi ces articles nous permettent de mieux comprendre ce milieu si intrigant lorsqu'on ne le cotoie pas régulièrement.
Bravo pour ton site ma petite jedi ;-)
#7

enfant_phare a dit…

j'irais bien voir c't'expo mouaaaaa

Anonyme a dit…

il est vrai que les instals indoors de monsieur Neto en mettent plein la vue, le nez et l'esprit. à quand l'installation outdoor?

gmat a dit…

Assez d'accord avec Moulek, sur l'intégration art contemporain / art classique. Personnellement l'architecture du panthéon me laisse de marbre, je suis plutôt pour le meubler avec de l'audace. J'avais été très impressionné par l'installation de Garouste dans ces mêmes lieux tout récemment, ça me donne bien envie d'y retourner. A première vue, entre le léviathan et le Panthéon de la République, j'aurais plutôt vu comme point commun le monstre politique de Hobbes. N'y a-t-il vraiment aucun rapport ?

kamchatka a dit…

http://kamchatka-artblog.blogspot.com/

MIsschatterbox a dit…

il y de ça 4 ans c etait à londres : une pure merveille!

Les domaines a dit…

Cette oeuvre, que j'ai appréciée dans sa version réduite à Pompidou, m'apparaît comme un hybride, mi-cérébral mi-sensuel.
Cérébral : sa forme évoque un entrelacement de neurones et de synapses. Les "tubes" souples et blancs plus ou moins remplis sculptent une cartographie neuronale en 3D. De plus, suspendus dans cet espace, ils invitent l'oeil à parcourir un trajet, comme une impulsion électrique née d'un neurone file le long des synapses.

Sensuel : les parfums, bien sûr, l'envie de toucher, de soupeser, voire de goûter, la vue... Une synesthésie riche et dense. Mais si l'on s'en tient un peu artificiellement à la vue, on est renvoyé vers l'organique. Forme souples, rondes, que l'on sent prêtes à ondoyer ou se gonfler. On pense aux organes des fonctions premières de la digestion et de la reproduction, sources primitive de tous les plaisirs.

Donc pour moi une synthèse troublante des deux faces indissociables de l'érotisme/de l'humain, corps (dans ce qu'il a de plus vital/sombre) et esprit (dans son aspect quasi-immatériel).

A cet égard, le volume spacieux et circulaire semble un écrin parfait. L'oeuvre est un cerveau sous la coupole/crâne, ou un intestin/sexe dans un ventre rond.
Plus que les autres, les grands hommes sont après tout des esprits d'exception dans des corps de chair...

Gary Gaignon a dit…

Je suis au bord de tomber amoureux fou de toi... Qu'est-ce que je fais? Je plonge ou je me retiens?

Gary Gaignon

Jean-Marc a dit…

Quelle belle écriture ! J'aime la façon dont vous évoquez le côté physique, sensoriel de l'oeuvre... Je n'ai pas pu m'enpêcher de créer à partir de mon blog un lien venant pointer directement sur votre page. M'y autorisez-vous ?

marie a dit…

les dimensions politiques de cette oeuvre ont je trouve étaient un peu sous-estimées: ce n'est quand même pas rien un artiste brésilien qui fait une installation dans l'enceinte du Panthéon de Paris avec toute l'histoire du bâtiment en prime!!! outre les questions de nations et autres je pense que Neto par ses interrogations sur le corps, l'espace et la relation entre les deux permettaient d'établir un pont entre deux univers: l'univers français et l'univers brésilien certes différents mais peut-être complémentaires. vive le Brésil!

Anonyme a dit…

Today, I went to the beachfront with my kids. I found a sea shell and gave it to my 4 year old daughter and said "You can hear the ocean if you put this to your ear." She put the shell to
her ear and screamed. There was a hermit crab inside and it pinched her
ear. She never wants to go back! LoL I know this is totally off topic but
I had to tell someone!

Feel free to visit my web blog: home cellulite treatment

Anonyme a dit…

I think this is one of the most vital information for
me. And i am glad reading your article. But want
to remark on some general things, The site style is great, the articles is really nice
: D. Good job, cheers

Here is my homepage; best cellulite treatment